Dans un divorce, il n’y a que 3 gagnants - par mayaz le 30/03/2009 @ 15:03

La logique est qu’en situation de séparations / divorces conflictuels, il n’y a que trois gagnants, parasitant les situations humaines : les deux avocats, complices objectifs faisant mine de s’opposer (la comédie est leur métier) , et l’appareil judiciaire, récoltant le produit des condamnations pour alimenter le ministère de la justice au détriment de celui des affaires sociales, là encore par collaboration objective entre ces deux ministères. d

Fausses accusations d'abus sexuel http://laviedeperes.over-blog.com/article-22424792-6.html#anchorComment

Mise en perspective Dans les années 80 et suivantes ont été judiciarisés ou précisés certains délits et crimes sexuels qui jusque là étaient restés dans le cadre de définitions incertaines, ou ignorés. Il s'agit des délits d'agression sexuelle, d'atteinte sexuelle (exercée par un majeur sur un mineur de moins de quinze ans), des crimes de viol et de viol aggravé (commis sur un mineur de moins de quinze ans).

Ces mesures ont constitué un indéniable progrès, permettant de sanctionner des actes qui auparavant ne l'étaient pas, ou peu, et d'apporter aux victimes le soutien de la société.

Malheureusement, un certain nombre de personnes ont ensuite utilisé et manipulé ces mesures en portant de fausses accusations. Elles y ont été incitées par l'accueil légitimement bienveillant fait par l'institution judiciaire aux présumées victimes, sa propension à accorder foi à leur version des faits plutôt qu'à celle des auteurs présumés, surtout quand il s'agit d'enfants ou de femmes, la facilité à échapper aux sanctions même lorsqu'elles sont démasquées, et d'autres facteurs.

Elles ont inventé un nouveau délit et fait à leur tour des victimes. La reconnaissance de la réalité des fausses accusations d'abus sexuel n'est nullement en contradiction avec la reconnaissance de la réalité des abus sexuels. Il s'agit des deux faces d'un même problème, dont la solution consiste à les combattre conjointement. (…) la suite sur le Blog de La Vie de Pères.

Il est très important de se mobiliser contre les abus de pouvoir d’une grande majorité de magistrats faisant, avec une autre grande partie d’avocats, partie d’une corporation mafieuse pour exploiter au maximum les conflits humains.

Une médiation légale, imposée, aurait pu éviter ce drame, comme dans bien d’autres drames à l’égard des pères de familles en situations de séparations / divorces conflictuels.  
  • Vous vous dites que ça ne vous arrivera jamais… et puis, en quelques semaines, en un jour, c'est le cauchemar.  
  • Lorsque l'homme s'habitue à voir les autres détruits par de fausses accusations, c’est qu’il accepte lui-même de subir, un jour ou l’autre, lui aussi, les mêmes destructions.  
  • "Le temps, l'occasion, l'usage, la prescription, la force font tous les droits" (Voltaire)

Aujourd’hui, les mensonges font tous les droits.   Le combat pour l’injustice faite à Khalid doit être soutenu par toutes les victimes de l’imposture judiciaire !   URI Trackback http://khalidnaji.wordpress.com/2008/12/31/presentation/#comment-245


Missions du Front Commun des SDF - par mayaz le 25/03/2009 @ 13:04

Sans domicile fixe - Wikipédia Un sans domicile fixe (SDF) est une personne qui dort dans la rue ou dans des foyers d'accueil. On parle aussi de sans abri ou d'itinérant. ...
fr.wikipedia.org/wiki/Sans_domicile_fixe - 60k - En cache - Pages similaires   Missions du Front Commun des SDF le Front commun des SDF Aujourd’hui, nous continuons à relever les vides juridiques qui privent des gens à la rue de leurs droits et nous essayons de travailler les politiques.
frontsdf.be/ - 66k - En cache - Pages similaires

Belgique – Australie – Québec, même féminisme !!!...  

Je vis en Belgique, depuis ma naissance. Je suis Belge et je suis en contact permanent avec le Québec et l’Australie. Je peux affirmer qu’un féminisme (qualifié aussi de radical, doctrinaire, extrémiste, intégriste, exacerbé,…) sévit en Belgique de la même manière et tout aussi fortement qu’en Australie et au Québec !

Mais en Belgique, comme quasiment personne ne veut dénoncer que leurs manœuvres ainsi que leurs idéologies sont toxiques pour la société… la population pense que notre société vit au mieux sur le plan égalitaire entre les femmes et les hommes et que nos responsables politiques font bien leurs devoirs.

A la différence de l’Australie, et surtout du Québec, en Belgique, il y a trop peu d’associations d’hommes qui puissent se mobiliser pour dénoncer les faux discours de ces pseudo féministes à propos de leurs campagnes en matière de violences conjugales commises par les hommes sur les femmes.

En Belgique il n’y a que 2 associations d’hommes subsidiées par l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes… alors que plus d’une 100taine d’associations de femmes sont subsidiées.  Vous allez dire que j’écris n’importe quoi ? Et bien, voyons, ensemble, si vous avez le courage de lire les quelques lignes suivantes :  
  • Au Québec, en Australie, en Belgique, les indices réels (à ne pas confondre avec des indices et des soupçons, comme en justice) sont les mêmes dans les 3 pays observés :
  • Divorces et monoparentalité à la tonne. La Belgique détient le record mondial des divorces. En Belgique, il n’y a que 3 à 5 % d’enfants qui sont confiés aux pères et 95 à 97 % aux mères.
  • Pensions alimentaires exorbitantes. En Belgique, c’est 33 à 70 %, voire plus, qui est retiré du salaire net du père de famille. Alors qu’au Québec, la grande majorité des pères s’en tirent à bon compte en raison d’une grille de calcul décente. Donc, en Belgique, c’est pire qu’au Québec !
  • Justice familiale défavorable aux hommes (même s’ils sont autant capables que les femmes d’élever leurs enfants et même s’ils sont, en grande majorité tout aussi ou moins violents que les femmes.
  • Déni de paternité pour les pères. En 30 ans, c’est par millions que la justice leur a volé leurs vies de pères.

Discrimination positive pour les femmes. (ETC...)   Alors ? Pas besoin de chercher bien loin ! Mêmes causes, mêmes effets. Et là-bas aussi, comme en Belgique, il est pareillement interdit d'en parler sous peine d'ostracisme, d’être de mauvaise foi, d’être catalogué de masculiniste, de chien de garde, d’être dangereux, etc.…

Je suis aussi « catalogué » par ces pseudo féministes (hommes/femmes) et sous peine de carrière ruinée… comme fut la mienne ainsi que des millions d’autres ! Sans oublier les avenirs ruinés de millions d’enfants nés, par exemple, en 1978 et qui furent privés de pères… vivant sans repères depuis 30 ans.

Quand on a compris cela, Air-Canada, Quantas et Brussels Airlines, sont les seules options valables.

Quand aux papas violés et spoliés de leurs enfants, de leurs patrimoines, de leurs emplois, de leurs droits fondamentaux,… ils sont trop broyés pour pouvoir encore relever la tête et avoir la force pour crier, tous ensemble, leurs colères. Ils n’ont plus aucun espoir de s’en sortir… «Ça ne sert à rien… il n’y a pas de justice » disent-ils !

C’est pour cette raison qu’il y a tant de drames quotidiens. Les plus forts sur le plan mental résistent… avec à peine 2 € (et parfois moins) par jour pour vivre. 90 % des SDF sont des gens stigmatisés, tétanisés, broyés,… par ces idéologies indécentes, polluantes et toxiques pour l’humanité.  

Si nous ne réagissons pas immédiatement pour éradiquer ce fléau, ce sera un tsunami économique incommensurable qui s’abattra sur la Belgique, comme sur la France et ailleurs. Car il n’y a AUCUN homme / femme politique qui a le courage de s’attaquer à ce fléau dans ce pays !


Parquer les sdf ou les mettre en stabulation? - par mayaz le 20/03/2009 @ 18:22

Nuit et brouillard sur Genève - Parquer les sdf ou les mettre en stabulation? Sur un plan analogique, le terme “parquer” est presque correct. On le verra ci-dessous. Sur le plan de l’usage courant, il est pour le moins discutable. http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/03/20/nuit-et-brouillard-sur-geneve-parquer-les-sd f-ou-les-mettre.html  

SDF comment s’en sortir - par mayaz le 18/03/2009 @ 21:38


États-Unis. Au coeur de la crise… - par mayaz le 09/03/2009 @ 16:58

Mais en Belgique, c’est pire…

Quand on constate qu’un médecin spécialiste de 54 ans est devenu SDF et, au seuil de l’hiver 2008/2009 fut hébergé aux «Petits Riens» à Bruxelles. Il fut condamné à vendre les marchandises de «seconde main» et/ou à vider les maisons pour le compte de l’association qui l’héberge! S’il ne se plie pas à cette obligation, il sera expulsé.

En Belgique, il n’existe aucune aide décente aux SDF, pour qu’ils puissent s’en sortir! Il n’existe aucun accompagnement social décent.

De notre correspondant à Washington. Don Freeman avait tout pour être heureux: un métier de comptable dans une société d'avocats de Fort Lauderdale en Floride, un logement, une voiture et 70.000 dollars de revenus annuels. Héritier d'une famille d'immigrants calabrais, il avait donc l'impression de vivre en toute sérénité le rêve américain.  

Mais à l'été dernier, deux phénomènes sont venus gripper les rouages de cette vie tranquille. D'abord, son entreprise a constaté que ses clients ne payaient plus rubis sur l'ongle leurs factures et que le volume horaire des prestations comptables diminuait sérieusement. Beaucoup de clients de cette société appartenaient au secteur des travaux publics et de l'immobilier qui commençait à mordre la poussière du fait de la crise des subprimes. Puis, la femme de Don a demandé le divorce.

A l'issue du jugement, Don s'est vu réclamer une pension alimentaire qui atteignait la moitié de son salaire. C'est au cours de cette période que Don s'est retrouvé à la porte.   Une fois ses dernières économies dépensées, il s'est retrouvé à la rue. Dans les locaux de «Friendship Place», une ONG spécialisée dans le placement des sans-abri, Don se confie: «Vous vous dites que ça ne vous arrivera jamais et puis, en quelques semaines, c'est le cauchemar». Le sentiment de vulnérabilité puis de culpabilité l'a assailli, au point qu'il a tout de suite demandé à cette organisation humanitaire de bénéficier d'une psychothérapie pour retrouver confiance en lui. Il a découvert l'univers des dortoirs d'un foyer d'accueil, la difficulté de conserver son costume repassé pour se rendre aux entretiens d'embauche, le labyrinthe bureaucratique pour conserver son assurance santé de vétéran de l'Armée pour laquelle il a donné huit ans de sa vie.

Le pire pour lui a été de se rendre compte qu'il appartenait désormais à une légion de millions de chômeurs. «Je regarde les petites annonces, la pagination des offres d'emploi a été réduite de moitié, je passe devant les centres de recrutement temporaire ou à la journée, ils sont vides, et j'ai beau me dire que je prendrai le premier truc venu, il n'y a rien». Il n'a pas échappé à Don Freeman que le gouvernement américain mettait les bouchées doubles pour tenter de redresser l'économie. Mais pour lui, «ce ne sont que de belles paroles, je ne me sens pas concerné». Il espère bien sûr que le plan Obama va marcher, mais il aimerait tant s'en sortir par lui-même.

Se console-t-il de savoir qu'il n'est pas seul dans cette tourmente effroyable? Un peu. Mais en grande partie parce que son frère aîné, un surdiplômé qui était vice-président d'un grand fonds de pension de Floride, vient lui aussi de perdre son emploi.

Une vengeance personnelle de son ancienne concubine - par mayaz le 09/03/2009 @ 10:37

Témoignage « Comment j'ai passé 24 heures dans la peau d'un corbeau »   Voici le récit d’une autre fausse accusation ! On pourrait en reproduire plus de 10.000 autres… A bon entendeur… « Dans cette affaire, dit-il lui-même, j'ai fait l'objet d'une vengeance personnelle de la part de mon ancienne concubine. Nous sommes en litige sur les droits de visite et la garde de notre fille, Marine, 13 ans, que je n'ai pas vu depuis dix ans. On m'accuse d'abandon de famille. Mais à un moment de ma vie, je n'avais plus les moyens de verser la pension alimentaire ». Il vit comme un SDF sous une tente à Palavas-les-Flots ou dans une caravane à Villeneuve-lès-Maguelone. Il y a deux semaines, il avait été condamné à 300 € d'amende avec sursis pour avoir menacé par mail son ancienne compagne. C'est en rapprochant ces menaces et le contenu des lettres du « corbeau » qu'elle avait acquis la conviction que le père de sa fille était devenu l'homme des menaces de mort. Ce n'était pas lui. Mais alors, qui est le « corbeau » ? Une vengeance personnelle de son ancienne concubine Cet homme, âgé de 47 ans, avait fait l'objet mardi à la mi-journée d'une interpellation à son domicile, dans le quartier Euromédecine de Montpellier. « Quand vous entrouvrez la porte de votre appartement et que quatre lascars vous sautent dessus, que vous vous retrouvez ensuite menotté à votre chaise cela fait bizarre. C'était l'un des moments les plus difficiles de ma garde-à-vue avec la dernière demi-heure passée au commissariat, lorsqu'ils m'ont mis une pression maximum avant de me relâcher. Pour me faire craquer, autour de moi, pendant une demi-heure, ils étaient sept, de services différents à me pilonner de questions. Psychologiquement c'était très rude ». Son appartement a été chamboulé par deux heures de sérieuse perquisition. Son avocate, Me Maryse Pechevis, nous a dit : « Il a fait l'objet d'une interpellation précipitée avec pour seule indice une délation pure et simple. Puis, après, il a dû subir la garde-à-vue dans des conditions difficiles dictées par les règles anti-terroristes. Il a droit à des excuses au minimum. Et je prépare une plainte pour dénonciation calomnieuse ». Source : http://www.ladepeche.fr/article/2009/03/08/570104-Comment-j-ai-passe-24-heures-dans-la-peau-d-un-cor beau.html le 08/03/2009 08:07 | Christian Goutorbe  

FACTEUR DE POLLUTION DE LA VIE CIVILISEE - par mayaz le 16/02/2009 @ 11:54

(Suite discussions) Michel Willekens: Mais le concept de perversion narcissique reste marginal et limité à la littérature francophone. Maintenant, je comprends mieux, grâce à toi, que le «NARCISSISME PERVERS» est bien un «FACTEUR DE POLLUTION DE LA VIE CIVILISEE».

Et si je visite le Site http://fr.wikipedia.org/wiki/Pervers_narcissique, lequel donne des références d’auteurs. Avec ça, j’en apprends bien des choses! Cette pollution là est tout aussi dangereuse (si pas plus) que les pollutions atmosphériques et alimentaires…

Mille mercis, Cher Pascal, de nous éclairer sur cette menace gravissime pour l’humanité. Nous devons agir si nous sommes humains.

Pascal Dazin: Cher Michel, on ne peut réduire les penchants pervers de l'humanité qu'en nous dotant d'outils démocratiques, neutres et bienveillants, seuls capables de leur barrer la route, de "tirer la société vers le haut plutôt que vers le bas". Or nous avons laissé capturer la problématique la plus sensible et humaine (celle des difficultés parentales) par le lobby le plus opportuniste -pervers qui existe en occident: le lobby judiciaire. Le mal est fait pour hier.

Mais demain doit-il lui ressembler? Je vais regarder ce site et te remercie de me l'avoir communiqué. Amicalement.  
A bon entendeur… n


Texte complet sur Les séparations parentales par une Justice Familialiste - L’Impasse Judiciaire…
Et les souffrances humaines contemporaines.
http://laviedeperes.over-blog.com/article-22466350-6.html#anchorComment -

DU NARCISSISME PERVERS EN TANT QUE FACTEUR DE POLLUTION DE LA VIE CIVILISEE – Extraits [1] du communiqué de Presse de P. Dazin   (…) Tricher quand il le faut, mettre en avant un aspect véridique quand il le faut, mais toujours calculer, comme par instinct, sans état d'âme. Voilà ce qu'est un(e) pervers(e). C'est bien autre chose que de mentir par lâcheté, avec un certain remords qui va apparaître.
Une phrase que jamais le lobby judiciaire divorciste ne pourra reprendre à son actif: "Nous sommes responsables de tout et de tous, et moi plus que les autres". Et n'est pas le Petit Prince qui l'a dit, mais le "grand prince", Dostoïevski, auteur de "l'Idiot".   (…) La viciation de la vie sociale est autrement dangereuse et perfide que les comportements trop grossièrement changeants, manipulateurs, opportunistes et séducteurs/autoritaires de tel président ou ministre projeté au premier plan, et comme toujours ancien avocat, c’est-à-dire conditionné aux plaidoiries qui n’engagent que ceux qui ont pour métier d’y croire ou pas, parfois selon la loi, et de plus en plus souvent selon la norme et les besoins de la carrière.   Cette viciation s’opère par la mainmise du pilier judiciaire sur les deux autres pouvoirs de la république, tous trois étant infiltrés par lui : un avocat à la tête de l’état, des avocats et juges aux postes exécutifs, législatifs et bien sûr judiciaire. Même le contre-pouvoir classique, à savoir la presse, regorge de conseillers et filtres, conscients ou pas de leur rôle objectif, qui aseptisent l’information, la rendant quasi systématiquement « judiciairement correcte », en invoquant la menace d’un procès en cas d’information plus objective, et donc troublant « Le Grand Maître Noir», « l’Organisation Judiciaire Familiale ».   Il n’y a plus du tout d’ordre moral : que les libertins se réjouissent. Mais il y a un ordre judiciaire. Alors, que les hommes libres et les braves gens anormaux tremblent !
(…)   Discussions à propos de cette pollution toxique pour l’humanité Michel Willekens : "Le temps, l'occasion, l'usage, la prescription, la force font tous les droits" (Voltaire)
Aujourd’hui, les mensonges font tous les droits   Pascal Dazin : Oui Michel, et merci pour cette référence très ininstructive. D'accord avec toi, mais la perversion est pire que le mensonge, car elle se nourrit même de vérités tronçonnées, parcellisées, morcelées. La vérité n'existe pas, et c'est bien ce dont le mensonge se nourrit, avec ruse et perversité. Les plaideurs qui dominent à ce jour le monde de l'exécutif au judiciaire, en passant par le législatif, en savent quelque chose.   Michel Willekens : C'est du mensonge pervers qu'il s'agit alors? Je ne connais pas de pervers qui dit des vérités!   Pascal Dazin : Pourtant Michel, pour dominer la vertu, la perversion se nourrit autant de mensonges que de vérités exploitées. Quand il abat sa carte, le tricheur ne fait pas autre chose: la carte est vraie. La perversité déforme la vie simple et si souvent battue d'avance pour s'installer en maîtresse complexe et triomphante. Dire une vérité en l'exploitant, en la déformant, en s'en servant pour des besoins personnels, est pourtant quotidien. La perversion se nourrit autant de vérités que de mensonges, et c'est même à cela qu'on la reconnaît. Le menteur ment toujours, et le pervers quand ça l'arrange. Quand il a besoin de séduire ou tromper.   Michel Willekens, C'est bien de la vérité déformée qu'il s'agit !?! Pour un pervers? Je suis d'accord que des tricheurs utilisent des vérités pour... t'entuber! Et ce tricheur est un pervers... autrement... il ne serait pas un tricheur!   Pascal Dazin : Tricher quand il le faut, mettre en avant un aspect véridique quand il le faut, mais toujours calculer, comme par instinct, sans état d'âme. Voilà ce qu'est un(e) pervers(e). C'est bien autre chose que de mentir par lâcheté, avec un certain remords qui va paraître.
Une phrase que jamais le lobby judiciaire divorciste ne pourra reprendre à son actif: "Nous sommes responsables de tout et de tous, et moi plus que les autres". Ce n'est pas le Petit Prince qui l'a dit, mais le "grand prince", Dostoïevski, auteur de "l'Idiot". &n

DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 1 page suivanteSuivantFin

Archives des nouvelles
+ Année 2018
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
+ Année 2010
+ Année 2009
+ Année 2008
Présentation

Fermer Cas concret

Fermer Documents - Loi

Fermer Nos interpellations

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
Nos actions archives

Fermer Nos actions 2010

Fermer Nos actions 2009

Médias

Fermer 2013

Fermer 2014

Nouvelles des Amis
Visites

 500336 visiteurs

 19 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
GuppyMania.net  

Haut