Un tribunal de la famille - par Le_Babelleir le 18/06/2009 @ 02:15

 Bientôt un tribunal de la famille

 

Un accord est intervenu pour la création d'une section "Jeunesse et Famille" au sein du Tribunal de première instance.

Le secrétaire d'Etat à la Famille Melchior Wathelet et le ministre de la Justice Stefaan De Clerck ont annoncé l'accord intervenu pour cette réforme. Le projet, qui doit maintenant être traduit en loi, pourrait aboutir d'ici la fin de l'année.

La section Jeunesse et Famille regroupera les compétences judiciaires relatives aux contentieux familiaux et aux problématiques de la jeunesse. Elle regroupera trois chambres : famille, jeunesse (protection de la jeunesse, mineurs malades mentaux) et une chambre spécifique pour les jeunes dessaisis (mineurs de plus de 16 ans renvoyés devant la justice des adultes).

Le but est de favoriser les solutions apaisantes et devrait permettre une spécialisation tant des magistrats que des avocats. Afin de favoriser la médiation et la conciliation, la comparution personnelle des intéressés sera prévue dans plusieurs matières. Les débats seront réalisés en huis clos pour préserver la vie privée.

S'il le désire, le jeune pourra être entendu, à partir de 12 ans ou plus jeune s'il est doué de discernement. Le jeune sera assisté par un avocat spécialisé qui lui expliquera la procédure et ses droits.

http://www.guidesocial.be/actualites/bientot-un-tribunal-de-la-famille.html



Le même titre que précédent - par mayaz le 12/06/2009 @ 21:54

Mais un fait me choque : bien plus de suicides sont liés à une souffrance aigue ou chronique entraînée par un ou des jugements de cette " justice " (ou plus exactement " ajustice ") laquelle se gargarise pourtant d’avoir supprimé la peine de mort , ou plus exactement de ne plus pouvoir l’ordonner. Trois meurtres de criminels par an sont évités. Cent meurtres de bons pères de famille (des " forcenés ", des " déprimés ", des " expertisés ") sont méprisés. Avant de parler de la grippe porcine, ne pourrait-on parler de la grippe tribunalière, bien plus meurtrière ? Avant de mettre en examen tous les patrons de grandes entreprises, ne pourrait-on donner un sévère coup de règle sur les doigts des avocats d’affaires familiales et des juges à l’affairisme familial, lesquels ont presque tous un ou des suicide(s) sur leur absence de conscience? Docteur Pascal Dazin Médecin du travail Président de l’Alphabet du Respect des Enfants

STRESS AU TRAVAIL ET SOUS France AU TRIBUNAL - par mayaz le 12/06/2009 @ 21:52

STRESS AU TRAVAIL ET SOUS France AU TRIBUNAL

MEME COMBAT POUR LE SUFFERING BUSINESS

Le stress au travailtue cent fois moinsque la souffrance au tribunal, en section familiale " Il s’est tué parce qu’il n’a pu supporter de… ".

Ah ! Cher ami, que les hommes sont pauvres en invention. Ils croient toujours qu’on se suicide pour une raison. Mais on peut très bien se suicider pour deux raisons. Non, ca ne leur entre pas dans la tête. Alors, à quoi bon mourir volontairement, se sacrifier à l’idée qu’on veut donner de soi ?

Vous mort, ils en profiteront pour donner à votre geste des motifs idiots, ou vulgaires. Les martyrs, cher ami, doivent choisir d’être oubliés, raillés, ou utilisés. Quant à être compris, jamais.

C’est ce qu’écrivait Albert Camus, dans " la Chute ".

Dans cet extrait, chaque mot, chaque idée, compte. Et rien n’a changé, soixante ans plus tard.

Chaque année, de très nombreux pères français se donnent la mort, juste après ou à quelque distance de jugement dans les sections familiales des tribunaux français, où, rappelons le, sont violés quotidiennement les Droits de l’Homme et les Droits de l’Enfant, en collaboration avec les milliers de cabinets d’avocats qui prospèrent grâce à ce nouveau racket.

Des millions d’enfants subissent la politique révisionniste des tribunaux français, sont brutalement conditionnés à délégitimer leur père et à valider les rapports de pouvoir interparentaux ainsi que la ségrégation sexuelle sous prétexte chromosomique, et/ou sous prétexte de violences féministes légitimées par l’opportunisme pseudo-légal.

C’est toute une société qui subit cette forme contemporaine d’aliénation idéologique, qui fait par exemple bavarder à longueur de temps sur le sort d’une femme otage partie jadis militer à l’autre bout du monde, ou sur les droits de l’Homme à l’autre bout du monde dans une société qui n’a pourtant a priori pas de leçons de morale à recevoir des occidentaux, en oubliant les dizaines de milliers de pères dont les libertés fondamentales ont été violées ici, jusqu’aux meurtres déguisés en suicides, par violences institutionnelles dont le cynisme ferait pâlir de honte les Chinois et les Tibétains, s’ils savaient à quel point ils sont instrumentalisés par notre société si vaniteuse et imbue de ses affichages de valeurs.

Avant de faire des affaires et d’envahir les ondes au sujet des violences patronales –parfois réelles- les avocats divorcistes ne devraient-ils pas battre leur coulpe et reconnaître la poutre de leurs propres turpitudes, avant de faire encore de l’argent sur la paille de celle des autres ?

A présent, en effet, il n’est plus une journée sans que dans les médias ou les grandes entreprises, ne rôde le spectre du suicides lié au concept de " stress au travail ", de " souffrance au travail ", ou de " troubles psycho-sociaux liés au travail ".

C’est-à-dire que chaque jour, dans les médias ou les grandes entreprises, on ne se réfère avec terreur aux procès qui pourraient survenir, en cas de malheur réellement lié aux bouleversements du monde du travail, ou exploité comme tel.

Statistiquement, parmi les plus de dix mille suicides annuels en France, un grand nombre concerne des hommes d’âge mûr.

Mais si l’on affinait ces statistiques (ce n’est pas pour demain !), on verrait que les suicides de ces hommes en âge de travailler et d’élever leurs enfants sont principalement liés :

  1. à l’alcoolisme, soit directement (notamment par prise de conscience des dégâts existentiels provoqués, à l’occasion d’un sevrage) , soit par les troubles mentaux médicalement bien connus qu’il provoque,
  2. au chômage de longue durée ou aux " petits boulots " (appelés " jobs " par le président de la république, ex avocat), avec son cortège de signes médicaux évoquant eux aussi la dépression, et la dépendance à des substances addictives (alcool, tabac, drogues " douces ")
  3. aux décompositions familiales successives ou uniques avec normalisation du mépris des prérogatives paternelles, décompositions pour lesquelles il est notable que le suicide peut intervenir dès la sortie d’audience ou à distance, sans que JAMAIS les responsables de ces meurtres ne soient incriminés (bien au contraire : ils prospèrent, se multiplient, et ont toute audience dans les médias pour évoquer la souffrance au travail et les possibilités de recours judiciaire grâce à leurs " soins ", pour harcèlement, abus de pouvoir, ou non assistance à personne en danger…)
  4. à des maladies psychotiques primaires.

Bien sûr, comme l’écrivait Camus, plusieurs de ces facteurs de risque peuvent conduire à un geste fatal.

Mais un fait me choque : bien plus


Au Canada, en France, et ailleurs, 3 à 4 pères se suicident tous les jours en sortant des tribunaux de la famille, car ils ne savent plus comment s’en sortir. Mon copain Jean-Pierre s’est aussi suicidé. Un peu avant, il m’a confié : « Si je suis condamné à payer 625 € de pension alimentaire pour mes 3 petits enfants et la moitié du prêt hypothécaire… je ne sais pas comment je vais m’en sortir. J’ai un autre copain qui ne paye plus la pension alimentaire pour ses deux enfants. Il a perdu son travail d’architecte indépendant. Il est dépendant du CPAS. Les assistantes sociales ne comprennent pas comment il doit payer autant. Son ex s’est remise en ménage avec un autre et vit comme une bourgeoise. Lui, et ses deux enfants, ne peuvent même pas s’acheter 1 vélo d’occas. Moi, j’ai perdu mon travail car je ne pouvais plus payer mon logement. SDF, j’ai payé plus de 25.000 € en trop sur 10 ans, de pensions alimentaires…. Pendant que je vivais sur le compte du CPAS. Un autre copain a payé plus 15.000 € en trop de pensions alimentaires. Son chômage était saisi entièrement. Une connaissance est entrepreneur et travaille au noir. Un autre est carreleur, et il travaille aussi au noir. Je connais plusieurs gars qui m’ont dit qu’ils regrettaient de ne pas avoir tué leurs ex pour crime passionnels. Car ils auraient été condamnés moins lourdement que leurs 10, 15, 25 ans de galères après divorces. Et ils ne sont même pas sûrs que les gosses soient d’eux ! Il faudrait une analyse génétique dès la naissance. Un copain vient de me faire savoir que son voisin vient de se suicider lui aussi. Et nos lâches ministres, députés, sénateurs, sont tous à la solde des avocats qui se remplissent les poches. Les divorces ou les séparations sont une industrie. Si vous n’avez pas encore compris ça !? n   Commentaire sur http://www.rtlinfo.be/news/article/248844/0/?#BLOC_show_comments

Proposition de loi modifiant le Code civil en vue d'objectiver le calcul des contributions alimentaires des père et mère au profit de leurs enfants
(Déposée par Mme Clotilde Nyssens) 

Voir le projet de loi ici


Manif - par Le_Babelleir le 11/06/2009 @ 15:31

COMMUNIQUE DE PRESSE 

 

« Lorsque l'homme s'habitue à voir les autres détruits par de fausses accusations, c’est qu’il accepte lui-même de subir, un jour ou l’autre, lui aussi, les mêmes destructions. »

 

 

À l’occasion de la Fête des Pères ils manifestent leurs colères en raison d’inégalités à leurs égards lorsqu’ils subissent des conflits dans leurs procédures de séparations et divorces.

 

Ils se sont réunis le 14 juin 2009 à 13h devant le Théâtre de la Monnaie à Bruxelles pour réclamer plus d’égalités lors des décisions judiciaires à leurs égards. 

  • Ils en ont assez d’être diabolisés, et d’être accusés de mensonges par leurs ex-compagnes, où tous les coups sont permis pour gagner un divorce.
  • Ils en ont assez d’être accusés, à tort, d’abuseurs sexuels vis-à-vis de leurs enfants,
  • Ils en ont assez d’être accusés de psychorigides, voire de déséquilibrés mentaux,
  • Ils en ont assez d’être privés de vivre avec leurs enfants,
  • Ils en ont assez d’être considérés aux yeux de leurs enfants comme des pères indignes,
  • Ils en ont assez de payer des pensions alimentaires qui les forcent à vivre en dessous du revenu du seuil de la pauvreté,
  • Ils en ont assez d’être les cons de services…
  • Ils en ont assez…

Des projets sont en cours un peu partout (dans le monde occidental) pour relancer la dynamique de revendications des papas violés et spolies… La fête des Pères est tout un symbole !

 

Nous réclamons l'ÉGALITÉ.

 

L'ÉGALITÉ des genres, L'ÉGALITÉ en santé, L'ÉGALITÉ en éducation, L'ÉGALITÉ parentale, L'ÉGALITÉ dans les tribunaux, L'ÉGALITÉ dans les services sociaux, L'ÉGALITÉ en matière d'emploi,…

 

Nous faisons un appel aux enfants de la GUERRE du Divorce, aux grands pères et aux grands-mères, aux tantes, aux oncles, aux cousins et aux cousines… TOUS privés de vivre avec leurs familles !

 

Nous devons penser aussi à nos enfants, lorsqu'ils seront adultes! Car ça peut aussi leur arriver !

 

Ça n’arrive pas qu’aux autres !!!...

 

SOS Papa Bruxelles - Wallonie


 

 

On court après la croissance.
On se garde bien d’expliquer ce qu'est réellement cette fumeuse croissance : Multiplier la misère et les malades pour générer du PIB. 
Quand le PIB augmente, c’est de la croissance. La croissance, c’est le pays qui s’enrichit.  Quand le pays s’enrichit, c’est de l’argent pour ceux qui en ont besoin. Va sans dire, de l’argent pour les riches. Pour être pauvre, on n’a pas besoin d’argent. Élections,  mode d’emploi 
Comment faire plus simple que la version actuelle ? 

En politique : 
Y a la droite ! 
Y a la gauche ! 
Y a le médicament  (Pour la droite). 
Y a la drogue  (Pour la gauche) ; 

La droite,  c’est l’argent ! 
La gauche,  c’est la haute finance.  Votez d’abord !  On vous expliquera ensuite.    Bon vote et bon courage ! 
Du courage, vous allez en avoir besoin. 
Comme à l’habitude,  c’est après avoir voté que l’on va vous expliquer.  Les prochaines « européennes » n’ont plus aucune importance.  Le piège est fermé,  il ne s’ouvrira plus.  Attention : si vous ne votez pas… vous donnerez votre voix au parti majoritaire !!!... Alors, SVP, votez, mais pas pour ces scélérats !!!...

Les seigneurs ne font plus saigner - par mayaz le 06/05/2009 @ 08:45

Au joli temps du capitalisme de Papa, on exploitait le sang des hommes. Mort à la mine. Mort en mer. Mort sur un chantier ou dans un champ. Mort à la guerre. Mort l’outil ou l’arme à la main. Comme un homme doit savoir mourir avant son temps personnel, avec son temps idéologique.

Aujourd’hui, le capitalisme a bien changé. D’abord, Papa a été jeté aux orties, comme grand-mère. C’est Maman qui commande à la maison et qui souffre au travail. Papa ne sert plus à rien: des machines, des techniques, des procédures, l’ont ramené à sa place: ce père m’a tôt zoïdée, qu’il aille se faire pailleter, et me permette d’être heureuse comme les Droits de l’Homme l’ordonnent.

En famille, pas besoin de revolver. Plus besoin de le pousser dans les escaliers de la cave avant de plaider qu’il était in-femme. Il suffit d’engager la procédure comme on engageait jadis les balles dans le six coups. Il y a des professionnels pour cela. Des femmes et des hommes qui s’indignent de la violence des autres, qui s’enorgueillissent que la peine de mort officielle (trois cas par an) n’existe plus mais qui "oublient" qu’un homme se tue tous les jours en sortant d’odieuse audience.

Au travail, on meurt moins dans une galerie, dans un lit d’hôpital public, sur un chantier, même si l’on meurt encore trop souvent sur la route. Mais on se consume à petit feu en cherchant un emploi qui n’est plus offert, en cherchant à rester utile malgré les injonctions de changement pour servir le profit, en essayant de ne pas perdre son âme pour servir un capitalisme devenu financier, abstrait, théorique, presque virtuel.

Dans notre phase sociétale pré-terminale, les seigneurs ne sont plus des saigneurs. On exploite l’argent, plus les hommes qui ont produit l’argent. Les seigneurs ont à présent oublié l’Homme, celui qu’ils ignoraient déjà avant 1789. On exploite le travail. L’Homme au travail ? Qu’il aille se pendre s’il a tout perdu, et se faire soigner, s’il est "stressé" (nous avons de très, très, bons psychiatres).

Ou qu’il dépose plainte pour harcèlement (nous avons de très, très, bons députés qui ont fait une loi pour cela, et de très, très, bons avocats et juges pour faire fructifier ce genre d’affaires) . Et le sens du travail humain, qu’on n’en parle plus.

L’odeur de l’argent suffit pour que le loup soit attiré. On exploite la famille. Un couple et des enfants ? Trois bonnes raisons pour faire des affaires. L’une a raison d’avoir des droits, l’autre a raison d’avoir des miettes, et les enfants ont des droits eux aussi, que seuls des experts peuvent ordonner.

Une famille c’est bien joli si ça rapporte aux messiers dame qui ont fait des études de droit. C’est joli comme jadis l’était un filon de mine exploité par des ploucs qui n’avaient pas fait d’études d’ingénieur. Le suffering business ultra libéral bat son plein.

Pas une peine de mort, pas un coup de revolver, pas un mot plus haut que l’autre. De grands principes humanitaires. Et tous les jours dix hommes qui tombent, catalogués "forcené", "déprimés", "psychotiques"…Droidlomme par ci, droidlomme par là. Et des milliards de roubles, pesetas, lires, euros, francs, dans la poche des Mag-houilleurs, des grands exploitants modernes des filons de jadis, des filons de toujours…

Pascal Dazin, médecin du travail 5 mai 2009  

MesOpinions - LILLE,NORD,France
Plus d' 1/4 des ressources, voir pour certaines familles, la moitié de leurs ressources serviront à payer leurs loyers. Nous souhaitons à ce jour, ...
Afficher tous les articles sur ce sujet   http://www.mesopinions.com/pour-un-acces-plus-facile-au-logement--baisse-des-loyers-petition-petitio ns-02179d1e1c73a638fa2025ac95752024.html

Comme ici et ailleurs !...   BROYÉ séparé de sa femme et de ses enfants, il est devenu un agitateur dont l'administration, la justice et les services sociaux se passeraient bien…   Broyé, séparé de sa femme et de ses enfants, il est devenu un agitateur dont l'administration, la justice et les services sociaux se passeraient bien. Il y a deux ans, Marc-Olivier Peter était un père de famille lambda. Bonne situation, des projets. Aujourd'hui, à 35 ans, il collectionne les dettes, multiplie les recours et oppositions. Quand il ne prend pas les conseillers d'Etat à partie, il s'adresse à la Haute Cour ou aux conseillers nationaux. Il demande la récusation de magistrats, menace de porter plainte à tout va. Impossible de saisir toutes les finesses de l'imposant dossier qu'il promène avec lui dans une valise à roulettes. Seule certitude: l'homme est déterminé. « Une séparation inexpliquée », son discours ? « Défendre les droits parents-gardiens, le droit des enfants et garantir le minimum vital. » son problème ? Une séparation « inexpliquée », dit-il, des décisions arbitraires, des prélèvements de salaire illégaux, pour résumer sommairement. Tout commence en décembre 2003. Sur ordre du juge, il doit quitter son domicile conjugal de Praz (FR), escorté de gendarmes. Son épouse évoque des violences psychologiques. Au bénéfice ? À l'époque ? D'un salaire dépassant 7.000 francs (suisses) il doit verser une pension à la mère de 3.600 francs, (plus les allocations familiales) et il ne voit ses enfants que quatre jours par mois. Seulement voilà: trois mois plus tard, il passe au chômage (1). Le salaire baisse, pas la pension. Rebelote six mois plus tard, quand il reprend une activité lucrative moins rémunérée que le chômage. « Malgré cinq demandes de révision, on me prélève toujours 3.600 francs de pension alors que j'en gagne 2500. » Poursuites, saisies d'office (2). Il dort chez des amis, ou au motel, emprunte de l'argent à son père. La machine s'emballe. Domicilié désormais à Vallamand-Dessous (VD), il frappe à l'aide sociale vaudoise faisant valoir que les ponctions fribourgeoises le privent du minimum vital. La solution des services sociaux laisse perplexe: on lui propose d'abandonner son activité d'agent commercial indépendant pour se mettre au chômage, où il gagnerait davantage. « C'est fou ! s'exclame Marc-Olivier Peter. On exige d'un travailleur qui ne veut pas profiter du système de jouer au chômeur pour faire valoir ses droits au minimum vital. (2) » Sans défenseur ? Faute d’argent et de procédure ? Marc-Olivier Peter se bat avec sa plume, son téléphone et des entretiens. Il s'est forgé une réputation d'agitateur. La commune du Bas-Vully (FR) a même demandé des mesures tutélaires, écrivant que l'homme « donne l'impression de vivre dans un autre monde que le nôtre. Attitude inquiétante s'il en est. ». « Oui, je vis dans un monde différent, reconnaît Peter. J'ai tout perdu, j'ai environ 50 000 francs de créances, je vois mes enfants au compte-gouttes alors que je les aime, et le droit n'est pas respecté. Ce monde s'appelle l'enfer. » Une histoire, un témoignage, comme des millions d’autres, en Europe. Tiré de l’Article du 27/05/2005 du journal suisse 24 heures de Lausanne. _____________________ (1) Comment peut-on conserver son emploi, lorsque l’on vous confisque 51,43 ù de votre salaire sachant que vous devez consacrer 40 à 60 % pour vous loger, et vous chauffer ? Que reste-il pour vivre et pour conserver son emploi, lorsqu’il reste à peine 2€, voir moins pour vivre ? C’est « Mission Impossible » ! (ndlr)(2) Tout est saisissable pour payer les pensions alimentaires ! Même le minimum vital ! (ndlr)

DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 1 page suivanteSuivantFin

Archives des nouvelles
+ Année 2018
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
+ Année 2010
+ Année 2009
+ Année 2008
Présentation

Fermer Cas concret

Fermer Documents - Loi

Fermer Nos interpellations

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
Nos actions archives

Fermer Nos actions 2010

Fermer Nos actions 2009

Médias

Fermer 2013

Fermer 2014

Nouvelles des Amis
Visites

 567873 visiteurs

 25 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
GuppyMania.net  

Haut