Les faux papas… - par mayaz le 24/01/2009 @ 01:01

d’André Arthur et de Pauline Houle  

Je pensais être le père de tous mes enfants – Partie 1
http://www.tqs.ca/videos/le-midi-avec-andre-arthur/2009/01/2-je-pensais-etre-le-pere-de-tous- mes-enfants---partie-1-39404.php

Je pensais être le père de tous mes enfants – Partie 2
http://www.tqs.ca/videos/le-midi-avec-andre-arthur/2009/01/3-je-pensais-etre-le-pere-de-tous- mes-enfants---partie-2-39403.php  

Peut-on sauver les hommes qui sont lésés de cette manière là par toutes ces femmes qui ont tous les droits et tous les privilèges devant les juges ???...   Alors que tant de pères sont écrasés par les pensions alimentaires impossibles à payer… "au risque de se retrouver à la rue"…  pour ces enfants adultérins dont ils ne sont même pas leurs pères !? Alors que leurs femmes leur ont menti…, les ont trompés… depuis des années !?   Et bien, non, les femmes ont même le droit de tromper leurs maris, de faire des gosses avec n’importe qui, à n’importe quel moment… et quand bon leur semble… en toute impunité, avec l’aide de la Justice!!!...  

Et toujours avec l’aide de la Justice, ce sont les couillons de pères officiels qui sont condamnés à payer les pensions alimentaires pour des enfants qui ne sont pas d’eux ! Même avec des preuves de tests ADN, prouvant que les enfants ne sont pas d’eux… les pères sont toujours condamnés à payer des pensions alimentaires pour les enfants des autres !   C’est à la suite de recherches sur des millions de Sites et de Blogs de Pères violés et spoliés qu’il fut découvert, depuis 1999, selon des études officielles, que 20 % de test ADN (qui furent pratiqués pour diverses raisons) ne correspondaient pas à l’ADN des Pères ! Et d’autres recherches ont même démontré un chiffre de 30 % de non correspondance des tests ADN Pères / enfants ! Ces pères sont donc violés dans leurs paternités!  

La solution? La solution serait d’effectuer le test ADN obligatoire dès la naissance. Mais… les responsables politiques féministes (aussi bien les hommes féministes que les femmes) s’y opposent…  alors qu’ils ont le pouvoir de changer ces horreurs là !!!… Et pourquoi s’opposent-ils ? Tout simplement parce que ces "femmes malhonnêtes" se sentiraient… trahies… si on leur imposait une telle obligation !!!   Voici donc le comble de la scélératesse !!!... Alors que les hommes ont le droit de ne pas être victimes de ces tromperies suprêmes, et que les féministes « qui ont le cœur à la bonne place » ne veulent pas -- elles aussi --  que des femmes puissent exploiter aussi malhonnêtement les hommes de cette manière là.  

Un projet de loi serait passible d’une action criminelle contre ces femmes qui ont trompé leurs conjoints de cette manière là. Maman, bien sûre… Papa… peut-être?! C’est ce que l’on dit aujourd’hui avec un sourire narquois!   Et demain? Pourrons-nous voir la fin de ces horreurs?  

 


Le MARCHÉ de la MISÈRE - par mayaz le 23/01/2009 @ 21:50

Le MARCHÉ de la MISÈRE Certains vivent du marché de la misère comme d’autres vivent du commerce des fruits et légumes.     

La pauvreté est la matière première. Ce commerce, qui se nourrit de la démographie de la misère,  repose sur l’électorat des « modestes ».  La devise :   « Toujours plus ! »    Créer la nécessité pour exploiter le besoin.  Ces commerçants ont investi les organisations.  Ils imposent un discours dispersant.  Ils font fuir les militants naturels pour ne retenir que les militants calibrés.    La règle :  « Créer la nécessité »  en multipliant la pauvreté pour  « exploiter le besoin »  en exploitant les budgets sociaux  et l’immense « marché »  de la bonne conscience  (Ou,  le chantage à la mauvaise conscience).   

Dans la réalité industrielle actuelle  (2001),  ces « commerçants »  persistent à l’obscurantisme.  Ils imposent la version simpliste d’après guerre (1945).    Il est vrai qu’après guerre la natalité était élevée,  on travaillait 50 heures par semaine,  l’immigration était forte,  et il n’y avait pas de chômage  (1er encadré).      Autre observation :  En absolu,  le bas discours du commerce de la pauvreté anticipe toujours les décisions des grands argentiers.   n

Le SDF est-il un jouet de riche ? - par mayaz le 23/01/2009 @ 21:25

Les Pauvres PAUVRES n'ont pas de chance !  La misère des autres,  ce sont ceux qui en vivent qui en parlent le mieux. 
 
HYPOCRISIE du SYSTÈME, L'emploi, et le chômage face à la productivité.
http://echofrance36.wordpress.com/2008/10/30/hypocrisie-du-systeme/ 

Les supermarchés de la bonne conscience 
http://echofrance36.wordpress.com/2008/10/26/les-supermarches-de-la-bonne-conscience/  Depuis longtemps,  les curés se sont donnés les moyens. La loi 1905  (La loi des curés)  exonère fiscalement les immenses ressources des curés.  Pourquoi se priveraient-ils ?  Les curés ne s’imposent-ils pas comme les garants de la moralité ? 
Derrière cette image d’Épinal,  on découvre une toute autre réalité ! 

On peut en faire,  des choses !  Avec cette énorme masse monétaire qui résulte de la misère et des malades.  Cette énorme masse monétaire issue des caisses sociales et publiques qui,  après avoir transité par le nombre des malades,  les hôpitaux et l’industrie du médicament,  grâce à la douce loi 1905,  disparaît en grande partie sans laisser de traces dans les grandes poches loi 1905 des curés. 

Financer les Partis,  arroser les Hommes politiques,  contrôler les réseaux associatifs,  les syndicats,  imposer un discours aux médias,  faire pression sur les fonctionnaires,  imposer les lois,  acheter les juges,  couvrir les crimes.  Faire ici,  le profit des tortures que l’on pratique ailleurs,  etc.  C’est sans fin !  On ne dit pas tout ! 

Grâce à la loi 1905 qui défiscalise leur immense ressource,  les curés contrôlent le capital de la Dette publique.  (Pour la France,  le capital de la Dette publique,  c’est cinq fois le budget net de l’État.) 
La loi 1905 a donné aux curés un pouvoir absolu.  On peut préciser :  « Un pouvoir fascisant ».  (Un pouvoir qui se régale des misères qu’il produit,  qui impose des croyances dogmatiques et qui s’habille volontiers de toute étiquette politique de droite comme de gauche.) 

Les curés ont mainmise sur l’administration,  l’État,  la justice,  le Médical et, bien entendu,  les médias.  Les médias dont le premier travail est de se taire,  le deuxième est de mentir.  Moralistes par devant,  sans scrupule par derrière, 
les curés vivent de la misère qu’ils produisent.  

La laïcité positive 

Les curés voient de la laïcité dans toutes leurs saloperies. 

Rêve et réalité 
http://echofrance.vefblog.net n

Un pauvre, c’est de l’or en barre !!! Partie 2 - par mayaz le 23/01/2009 @ 21:22

L’anecdote 
Pour être honnête,  ce jour là,  dans cette surface commerciale,  je l’avais repéré.  Au milieu d’une cohorte de bénévoles en uniformes,  elle dépassait.  C’était une grande gourde,  genre bourgeoise m'as tu vu,  prout-prout madame.  Elle fera l’affaire ! 

Au passage,  elle m’impose son tract humanitaire  « Lions et Rotary clubs »  assorti du sac poubelle publicitaire que la circonstance impose.  Je lui manifeste mon désagrément et le verbe haut,  je fais savoir que la misère des plus défavorisés n’est pas destinée à gonfler le chiffre d’affaires des riches commerçants. 

- Mais !  Je ne vous parle pas !  À vous ! 

Bien sur,  personne ne me prend pour un SDF.  D’ailleurs,  je n’en suis pas encore un.  Certains curés me le promettent. 

Visiblement,  la bourge n’aime pas les pauvres. 
Tout cela pour faire observer que la bourgeoise puante de suffisance ne s’intéresse pas aux pauvres.  Elle n’est là que pour le profit de son image.  Elle gagne à fermer sa gueule ! 
Les pauvres et les SDF,  c'est salissant.  Il vaut mieux les regarder de loin et de préférence,  à la télé. 

Dans la foulée,  j’ai droit à une intervention d’une grosse militante au vocabulaire musclé qui prétend m’expliquer.  Je lui fais comprendre que son discours,  je le connais et il ne m’intéresse pas.  (La misère des autres,  ce sont ceux qui en vivent qui en parlent le mieux.) 


Les choses ne sont pas aussi dramatiques que certains gagnent à le faire croire. 
Toutes ces organisations politico-associatives sont avant tout au service d’une politique. 

C’est à penser que les misères sont destinées à nourrir la politique.  Le plus souvent,  grâce aux misères que la politique a générées.  
Les SDF ne sont qu’un des moyens du discours politique.  On a le droit de dire tout ce que l’on veut.  Il faut seulement veiller à ne pas tuer la poule aux œufs d'or. 


Le grand capital de la Dette publique 
Toutes ces entreprises politico-associatives ne reçoivent d’ordre que du capital de la Dette publique.  (Pour la France,  le capital de la Dette publique est de cinq fois le budget net de l'État.) 
Ce capital est entre les mains de ceux qui bénéficient de la loi 1905.  La loi 1905 défiscalise les immenses revenus des curés. e 

Un pauvre, c’est de l’or en barre !!! - par mayaz le 23/01/2009 @ 21:19

Qu’elle soit matérielle ou cérébrale, la misère est le fondement de la société de l’argent ! 
(Le malade,  l’industrie première.) 

GENS QUI RIENT.  GENS QUI PLEURENT. 
Le 05 12 2008   LA SAISON DU SDF 

Un pauvre,  c’est de l’or en barre. 

http://echofrance.vefblog.net/LA_SAISON_DU_SDF__Un_pauvre__cest_de_lor_en_barre Les vendanges du raisin sont enfin terminées. 
En décembre-janvier,  avec les premiers froids,  la saison du SDF commence. 
En 2006,  50 SDF au canal St Martin,  70 millions d'euros. 
En 2007,  encore beaucoup d'animations pour seulement 350 millions d'euros. 
Le Président des « Enfants de Don Quichotte »  nous explique que cela n’est pas suffisant.  On doit pouvoir faire mieux ! 
Bernard Tapie,  à lui tout seul réalise le même score pour lui-même.  (La honte pour les enfants de Don Quichotte.) 
Quant aux banques,  un petit bobo,  elles comptent en milliards.  (C'est pour protéger l'argent des pauvres.) 


Tout cet argent !  Au profit de qui ? 
Naturellement,  au profit de ceux qui en ont besoin,  bien sûr !  Va sans dire pour les riches.  Pour être pauvre,  ont n'a pas besoin d'argent. 


C’est devenue une tradition,  le mois de décembre ouvre sur les collectes alimentaires. 
Le but de ces grands déballages étant que les choses restent telles qu'elles sont ! 

Visiblement,  les SDF ne mangent qu'en hiver.  Voila un bon exemple à suivre.  Les autres mois de l'année,  ils ne mangent pas.  On se demande pourquoi les grands visionnaires qui,  à longueur de existence,  nous assènent leur politique de conneries,  n’y ont pas encore pensé. 

Naturellement,  pour remplir les banques alimentaires,  il n'existe pas d'autres moyens que de faire appel à la générosité de la petite populace.  Cela en organisant des collectes dans les surfaces commerciales.  Des opérations qui régalent en premier lieu les riches commerçants peu scrupuleux.  Ils sont légions.  Il faut préciser qu’un commerçant,  c’est un voleur légal.  Parait-il ! 

Pour ce faire,  on exhibe les immondes.  C’est le grand rendez-vous des bourgeois et des bourgeoises puantes de suffisance.  Pour ce beau monde que le système entretient,  c'est une occasion de se fait valoir. 

De la bonne conscience pour toutes les bourses 
La grande farce.  On rit,  on s'amuse.  On fait la fête.   (La misère des autres,  ce sont ceux qui en vivent qui en parlent le mieux.) 
Naturellement,  ces jours de grandes débauches commerciales sont réservés aux riches. 

Ce n’est pas un jour à sortir un pauvre. 
Si les pauvres veulent manger ce jour là,  il faut qu’ils prévoient.  Les achats doivent se faire la veille.  Si non,  ils ne mangent pas ou bien ils mangent pareil que les riches.  Ces jours là,  les produits de première urgence sont au prix fort et il ne faut pas rêver sur des promotions. 

De plus,  il ne faudrait pas qu’un crève la faim s’avise à venir se servir directement,  lui même,  dans les produit qui lui sont officiellement réservés.  Ce beau monde est capable de le chasser à coups de bâtons et d'appeler les flics.  On est là pour la bonne image.  Et,  l’image est une valeur à respecter.  Ce n’est pas à des bourgeois que l’on va apprendre cela. 

À propos des flics,  ils n’ont pour prérogative que de protéger l’image du système.  Lequel système,  en contre partie,  leur assure une image d’intouchable et un niveau de vie à ne rien faire. 

Le principe du fonctionnaire :  « Dès l’instant où tu es payé pour faire un travail,  tu n’es plus obligé de le faire ».  C’est,  du coup,  ce qui oblige le bénévolat à faire le travail des fonctionnaires. 
Les victimes du système ne sont que des « limaces ».  Elles ont intérêt à ramper sagement.  Elles gagnent à se faire oublier. 
(Limace :  Vocabulaire de fonctionnaires qui désigne un administré.) 

L’anecdote 
Pour être honnête,  ce jour là,  dans cette surface commerciale,  je l’avais repéré.  Au milieu d’une cohorte de bénévoles en uniformes,  elle dépassait.  C’était une grande gourde,  genre bourgeoise m'as tu vu,&

Nos enfants ont droit à leurs deux parents - par mayaz le 21/01/2009 @ 03:20

GRANDEUR ET MISÈRE DE LA PARENTALITÉ MODERNE…

Nous vous présentons le texte de la conférence que le chanoine Jacques Grand'Maison a prononcé à l'occasion de notre Journée d'étude "Nos enfants ont droit à leurs deux parents", le 14 novembre 2003 au Centre St-Pierre.

PRÉSENTATION DE JACQUES GRAND'MAISON

Jacques Grand’Maison est à la fois sociologue et théologien. Il fit ses études au Grand séminaire de Montréal, à l’Université Grégorienne au Vatican et obtint son doctorat à l’Université de Montréal où il fut professeur titulaire à la Faculté de théologie de 1967 à 1997.

Par sa double formation académique, il a démontré la nécessité de décloisonner les discours enfermés dans les délimitations disciplinaires, que ce soit celles du droit, de la sociologie, de la psychologie ou de la théologie.

Auteur de plus de 40 ouvrages, il a collaboré de façon déterminante à plus d’une vingtaine d’autres. Sa plus récente contribution au débat entourant l’évolution de la société québécoise s’exprime dans un petit réquisitoire intitulé "Questions interdites sur le Québec contemporain" paru Aux Éditions Fides

À PROPOS DE CETTE CONFÉRENCE

«C’est à titre d’éducateur depuis 50 ans que je vais traiter de la mission éducative fondamentale de la parentalité. Avec une attention particulière au socle majeur de l’altérité des pôles masculin et féminin. Je vais situer ma réflexion dans notre propre contexte de société qui façonne, lui aussi, par ses tendances dominantes les traits marquants d’une personnalité de base qu’on peut trouver dans tous les milieux sociaux. Cet exposé comportera un volet critique et un volet dynamique."

TEXTE DE LA CONFÉRENCE : http://cf.geocities.com/francaislangueseconde/grandeur_et_misere_de_la_parentalite_moderne.htm  

Germain Dulac pense que tout père devrait avoir le droit de voir son enfant

 

On ne devrait jamais interdire aux pères séparés de voir leurs enfants. Même dans les cas les plus difficiles, le père et l’enfant ont intérêt à se côtoyer et à se connaître, à condition d’être bien encadrés.

 

Voilà les conclusions du sociologue Germain Dulac, chercheur invité au Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes. M. Dulac s’intéresse à la condition masculine depuis 20 ans. «Tout père, même le pire délinquant, doit pouvoir voir son enfant à l’occasion. C’est bénéfique de part et d’autre», affirme celui qui a fait un postdoctorat sur les ruptures d’union.

 

Dans les cas de violence ou d’inceste, ces visites doivent évidemment se dérouler sous la plus haute surveillance de travailleurs sociaux ou d’autres intervenants, mais le fait d’interdire tout contact serait une erreur, estime-t-il. «Certains groupes d’entraide en ont fait maintes fois la démonstration: les pères séparés qui s’en sortent le mieux sont ceux qui ont pu garder un contact avec leur garçon ou leur fille.» Et le bien de l’enfant? Il est assuré, même dans les situations de violence familiale. «Il arrive même que, pour l’enfant, la confrontation avec l’agresseur s’avère nécessaire et salutaire.»

 

http://nouvelles.umontreal.ca/content/view/1688/228/ 

Universté de Montréal

Le sang nouveau est arrivé. L’horreur SDF - par mayaz le 30/11/2008 @ 00:42

Contre les destructions des familles !  

De plus en plus de jeunes sont à la rue ! Il a de moins en moins de solidarités familiales…   Il est évident que nous sommes maintenant, du moins en Europe, les objets d'un système libéro-légaziste, quels que soient les discours, les étiquettes, les effets de manche et les promesses déplacées des élus de ce système...

Une suggestion: diffuser sur le net un plat d'avocats avec la mention: "nuit gravement à la société civile"   Le sang nouveau est arrivé. L’horreur SDF Auteur : Patrick Declerck   La charge de Patrick Declerck est féroce, mais salutaire. L’auteur n’épargne pas grand monde. Et comme on le comprend. Le 24 décembre au journal télévisé de 20h, il y aura du clodo.

Victime certifiée à 100 %. Fauché certes, mais digne. Cherchant comme il se doit du travail, mais, hélas, trois fois hélas, n’en trouvant pas (çà, c’est pour les journalistes). Ils sont jusqu’au mois de mars moins dérisoires et moins seuls. Ils se réchauffent au malheur des autres : prostates et ménopauses s’évanouiront le temps d’un hiver au profit des chancres du voisin (ça, c’est pour les bénévoles).

S’il est bien une posture très chic et très tendance, c’est celle du spectateur soignant sidéré d’humanité devant l’« autre » souffrant, espèce d’esthète de la misère, de spécialiste de l’horreur de l’homme, d’aficionados de l’affliction (ça, c’est pour les humanitaires) « En Europe et dans les pays riches, on n’arrive pas à jouir de la vie, alors que chez les plus pauvres, on est épanoui et chaque minute apporte la simple joie d’exister » (citation de sœur Emmanuelle) : le christianisme, lèpre de l’Occident, corrompt de son souffle fétide, de ses doigts pourris tout ce qu’il touche (ça, c’est pour les curés).

Qu’arrive-t-il donc à Patrick Declerck ? Une incommensurable colère face à l’immuable bêtise du système d’aide et d’accompagnement des SDF que chacun contribue à perpétuer, année après année. Ainsi, de ce protocole hivernal, limité dans le temps, qui semble définir le seuil au-delà duquel la mort éventuelle dans la rue ne fait plus scandale, mais est renvoyée à la responsabilité et au choix du SDF. Ainsi, d’un dispositif qui se limite à proposer quelques nuits à l’abri, de la soupe tiède, quelques hardes pas à la bonne taille et une condamnation au jeu infini des chaises musicales. Ainsi, d’un système d’aide organisé autour de l’urgence du moment (qui ne fait que laisser en l’état) et la réinsertion au long cours (inatteignable).

Alors que l’on sait que les SDF sont des écorchés nécessitant des prises en charges longues et finement pensées, des soins complexes tant somatiques que thérapeutiques, un accompagnement sur un long terme par des personnels dotés de hautes compétences… «Curieuse psychiatrie sociale, étrange dispositif thérapeutique où pour entrer se soigner, il faut d’abord guérir» (p.77). Et l’auteur de s’interroger sur l’attitude paradoxale de notre société qui à la fois s’identifie à ces populations et les exclut : virez-les, ils puent/aidez-les, ils souffrent. Double discours humanitaire et policier, répressif et réparateur, agressif et culpabilisé. Comme si le SDF était là pour témoigner qu’il n’existe et qu’il ne peut exister d’alternatives viables au canon de la bonne norme.

Comme s’il montrait, aux yeux de tous, le prix à payer pour le péché d’oisiveté, d’anormalité, d’incapacité à être: « Clodo est là pour enseigner cette terrible leçon : la normalité est sans issue […] L’ordre social est à ce prix » (p.82).
Auteur : Patrick Declerck - éd. Gallimard, 2005 (91 p. ; 5,50 €)   Bonne lecture et surtout réagissez (par vos commentaires) avant le premier mort d’effort ou tout simplement d'inhumanité.

http://www.levif.be/actualite/belgique/72-56-25801/sdf--de-plus-en-plus-de-jeunes-et-de-familles.htm l   n

« Allumes une bougie dans le monde entier », - par mayaz le 30/11/2008 @ 00:38

« Allumes une bougie dans le monde entier », 
Le 18 décembre 2008 à 01h du matin (la nuit du 17/12 au 18/12).  

Une chaîne d'Amitié tout le monde en même temps. Pour la même cause.
Même dans les familles unies.  

Faites une photo d'une bougie avec le nom de la famille, les enfants, le lieu de Belgique.
 

“Les Enfants ont Besoin des Deux Parents” et par tous les moyens “Ils Méritent d’être Aimés par leurs Grands-parents” k


ALLUMER DES BOUGIES - par Le_Babelleir le 14/11/2008 @ 13:59

ALLUMER DES BOUGIES
DANS LE MONDE ENTIER

Imaginez pour un instant d’Allumer des Bougies dans le Monde Entier et toutes au même moment. Imaginez que nos enfants sachent que nous Allumons des Bougies dans le Monde Entier seulement pour eux.

Nous y avons pensé longuement et sommes arrivés à la conclusion que quiconque peut allumer une bougie chez soi ou dans sa propre ville dans un endroit donné.
Vous pouvez faire partie de cette initiative pour faire partie du front uni en faveur des enfants et de leur besoin d’avoir leurs deux parents et tous leurs grands-parents présents dans leurs vies.

Nous avons choisi la date du 18 décembre 2009 pour notre premier évènement annuel «Allumes une bougie dans le monde entier», exactement une semaine avant Noël, qui représente la période de l’année la plus difficile pour tous ceux qui sentent le manque de leurs enfants mais tout particulièrement pour les enfants qui sont éloignés de l’un de leurs parents et de certains/tous de leurs grands-parents ou, dans certains cas, de toute leur famille.

Nous sommes conscients du fait que dans trop de cas les enfants paient un prix très élevé pour les actions de leurs parents. Nous vous demandons de tous vous unir à cette journée vraiment spéciale à l’occasion de «Allumer une Bougie dans le Monde Entier».

Une bougie que nous allumerons tous au même moment donnera vie à une lumière vibrante dans le monde entier et fera de Noël prochain une fête très spéciale.
Nous sommes convaincus que si nous le lui demandions, un enfant choisirait d’avoir ses deux parents au lieu d’un seul. Nous sommes également convaincus qu’un enfant ne devrait jamais être obligé ou contraint par la tromperie de renoncer à l’un de ses parents parce que l’autre n’a plus besoin de lui/elle ou ne le/la veut plus.
Nous vous demandons de placer l’enfant en première ligne et de permettre à nos pays de guérir la famille. Il n’y a rien de plus important que la famille. Il n’y a pas de don plus grand que la famille.

La deuxième édition de «Allumer une Bougie dans le Monde Entier» se déroulera le 25 avril 2009



DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 1 page suivanteSuivantFin

Archives des nouvelles
+ Année 2018
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
+ Année 2010
+ Année 2009
+ Année 2008
Présentation

Fermer Cas concret

Fermer Documents - Loi

Fermer Nos interpellations

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
Nos actions archives

Fermer Nos actions 2010

Fermer Nos actions 2009

Médias

Fermer 2013

Fermer 2014

Nouvelles des Amis
Visites

 567855 visiteurs

 33 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
GuppyMania.net  

Haut